seuil

seuil

seuil [ sɶj ] n. m.
• v. 1352; sueil fin XIIe; lat. solea « sandale », et « plancher » en bas lat.
1Dalle ou pièce de bois, formant la partie inférieure de la baie d'une porte. « un seuil de pierre très usé, où ont frotté bien des semelles » (Bosco). Entrée d'une maison; sol qui entoure la porte d'entrée. 1. pas (de la porte). Franchir le seuil. « Ce quartier où les gens vivaient toujours sur leur seuil » (Camus).
Fig. Entrée, commencement. Au seuil de la vie, de l'année nouvelle. « Jusqu'au seuil de la mort » (F. Mauriac).
2(1907) Géogr. Exhaussement d'un fond fluvial, marin, ou glaciaire.
3(1865; trad. all. Schwelle) Physiol. Niveau d'intensité minimale d'un stimulus, au-dessous duquel une excitation n'est plus perçue. Seuil d'audibilité. Seuil absolu. Seuil différentiel : intensité la plus basse à laquelle deux stimulus déterminent deux sensations distinctes.
Phys. Limite inférieure (ou, très rarement, supérieure) au-delà de laquelle un phénomène physique ne provoque plus un effet donné. Techn. Système à seuil : dispositif dont le fonctionnement ne s'opère qu'à partir d'un certain niveau de grandeur d'entrée. — Physiol. Seuil d'élimination : concentration au-dessus de laquelle une substance du sang passe dans l'urine.
Phys., math., écon. Niveau d'un facteur variable dont le franchissement détermine une brusque variation du phénomène lié à ce facteur. saut.
Fig. limite, 1. point (critique). Le seuil critique du surpeuplement. Franchir un seuil. Au-delà d'un seuil. Seuil de tolérance, au-delà duquel un phénomène devient intolérable.

seuil nom masculin (latin solea, de solum, base) Partie inférieure de la baie d'une porte, pouvant former feuillure et/ou emmarchement. Entrée d'une maison ou zone avoisinant la porte d'entrée : Vous ne franchirez jamais ce seuil. Ce qui constitue l'accès à un lieu, le début de ce lieu : Au seuil du désert. Limite, point, moment au-delà desquels commence un état, se manifeste un phénomène : Être au seuil de la vieillesse. Le seuil de la pauvreté. Géographie Lieu d'altitude intermédiaire entre des régions de reliefs contrastés, qui sert souvent à la fois de ligne de partage des eaux entre des régions de hauteurs et de passage entre des régions déprimées. Hydrologie Partie peu profonde dans le lit d'un cours d'eau, située entre deux secteurs plus profonds, les mouilles. Ensemble de reliefs en surélévation et séparant deux bassins océaniques l'un de l'autre, ou isolant une dépression du fond marin le plus proche. Neurologie Niveau d'intensité ou de concentration d'un élément, nécessaire à la production d'un effet donné. Physique Valeur d'un paramètre dont dépend un phénomène, dit à seuil, au-dessous de laquelle celui-ci ne se produit pas. Textiles Tablette fixée sur le battant, et sur laquelle se déplace la navette du métier à tisser. ● seuil (expressions) nom masculin (latin solea, de solum, base) Effet de seuil, modification des réglementations (régime fiscal, droit du travail, etc.) auxquelles peuvent être soumises des entreprises, dès lors qu'elles ont dépassé une certaine taille et notamment un certain effectif de salariés. Seuil d'élimination, concentration à laquelle certaines substances plasmatiques sont éliminées par le rein. Seuil d'excitation, niveau d'excitation d'une cellule nerveuse ou musculaire à partir duquel apparaît un potentiel d'action. ● seuil (synonymes) nom masculin (latin solea, de solum, base) Entrée d'une maison ou zone avoisinant la porte d'entrée
Synonymes :
- pas
Ce qui constitue l'accès à un lieu, le début de...
Synonymes :
- entrée
- lisière
- orée
Limite, point, moment au-delà desquels commence un état, se manifeste...
Synonymes :
- début
Textiles. Tablette fixée sur le battant, et sur laquelle se déplace...
Synonymes :

seuil
n. m.
d1./d Partie inférieure de l'ouverture d'une porte.
d2./d Entrée d'une maison; emplacement devant la porte, à proximité immédiate de celle-ci.
|| Fig., litt. Le seuil de: le début de.
d3./d GEOGR élévation d'un fond marin ou fluvial; exhaussement de terrain séparant deux régions d'altitudes comparables.
d4./d Valeur à partir de laquelle un phénomène produit (ou, plus rarement, cesse de produire) un effet.
|| PHYS NUCL Seuil d'énergie d'une particule: énergie minimale nécessaire pour que cette particule déclenche la réaction nucléaire.
|| PHYSIOL Valeur minimale en deçà de laquelle un stimulus ne produit pas d'effet.
d5./d Niveau au-delà duquel la situation est critique.
ECON Seuil de rentabilité: niveau de vente à partir duquel les frais sont couverts.
ECOL Seuil de nocivité, au-delà duquel un phénomène devient une nuisance.

⇒SEUIL, subst. masc.
A. — [Dans l'espace]
1. Dalle ou pièce de bois qui forme la partie inférieure de l'ouverture d'une porte. Synon. pas de la porte (v. pas2). Seuil de bois, de pierre; seuil surélevé. La servante qui lave le seuil à grande eau (FAURE, Hist. art, 1921, p. 54). On l'emploie [le liais] pour des travaux de peu de hauteur mais devant être résistants: seuils, marches, appuis, éviers (ROBINOT, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 1, 1929, p. 71).
P. méton.
♦ Entrée d'une maison, d'un bâtiment. Au seuil (de qqc.); barrer le seuil. Quand il est assis devant son seuil et cause avec les voisins, il faut qu'il jette un regard jusqu'au fond des pièces ouvertes, et qu'il assiste encore aux travaux de la maison (FAURE, Hist. art, 1921, p. 56). Les femmes ont la manie du pas de porte; toujours ces interminables conversations d'adieu ou de bienvenue sur le seuil (BUTOR, Passage Milan, 1954, p. 48).
Franchir, passer le seuil. Entrer ou sortir. Teresa!... Que de fois j'ai passé le seuil de cette porte avec un cœur joyeux et bondissant comme un cœur de jeune homme! (DUMAS père, Teresa, 1832, V, 3, p. 226). L'animal ne peut s'échapper que vers les portes de l'église. À peine en eut-il franchi le seuil que le prince des ténèbres s'en saisit (FILLON, Serrurier, 1942, p. 15).
♦ Entrée, endroit par où l'on pénètre dans une pièce. Le petit, tombé sur les genoux, venait de se porter un second coup, qui l'avait jeté tout de son long sur le tapis. Il barrait le seuil de la chambre (ZOLA, Nana, 1880, p. 1444).
Loc. De seuil en seuil. De logis en logis. Tout le monde est en effervescence. L'ivresse gagne de seuil en seuil dans les villages traversés (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 167).
2. SC. ET TECHN.
a) TECHNOL. Pièce qui forme la partie inférieure d'une ouverture et sur laquelle vient s'appliquer l'élément mobile. Seuil de pont-levis, de vanne. Le seuil du brise-lames est placé aussi bas que possible, c'est-à-dire un peu au-dessus du niveau des basses eaux (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 231).
Seuil d'écluse. ,,Pièce de bois placée au fond de l'eau sous la porte d'une écluse`` (Ac. 1935).
Seuil de déversoir. ,,Partie inférieure horizontale, réglable ou non en hauteur, d'un déversoir`` (Minéral. 1972).
MAR. ,,Base ou fondation de l'entrée d'une cale sèche`` (GRUSS 1878).
b) ) GÉOGR., GÉOL. Élévation d'un terrain, d'un fond marin, fluvial ou glaciaire, qui sépare deux régions d'altitudes comparables. Le seuil de la Champagne, du Poitou. Ce sont des eaux vosgiennes qui ont raviné le seuil entre Toul et Commercy (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 211).
) GÉOMORPHOL., HYDROL. ,,Secteur peu profond dans le lit d'un cours d'eau, oblique par rapport à son axe et situé entre deux parties plus profondes ou mouilles`` (GEORGE 1984). Entre la côte nord-ouest du Spitzberg et la côte est du Groenland. À cet endroit, plusieurs explorateurs (...) croient qu'il existe un seuil (D'ORLÉANS, À travers banquise, 1907, p. 6). Une large trouée entre le Groenland et la Norvège, trouée d'ailleurs où les fonds se relèvent sensiblement pour former plusieurs seuils (ROUCH, Régions polaires, 1927, p. 12).
c) BIOL., ANAT. Seuil de l'hémisphère. ,,Ensemble des organes qui relient entre eux les deux hémisphères cérébraux`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Les pédoncules cérébraux qui pénètrent par le seuil de l'hémisphère (GÉRARD, Anat. hum., 1912, p. 315).
B. — Au fig., littér.
1. [Dans le temps] Début, commencement, entrée dans une période nouvelle. Au seuil de l'adolescence, de la vieillesse; au seuil de l'année nouvelle; au seuil du XXe siècle. Les élèves (...) mis en demeure (...) d'opter, sur le seuil de la classe de troisième, pour les lettres ou les sciences (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 346):
Au seuil d'une vie nouvelle, qu'il voulait raisonnée et laborieuse, il avait éprouvé le besoin (...) de faire le bilan de ses acquisitions récentes.
MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 77.
2. Limite marquant un passage vers un autre état, entrée dans une situation nouvelle. Seuil de la souffrance, de la patience; marquer un seuil; parvenir au seuil de (qqc.). Arrêtons-nous sur le seuil de la politique proprement dite (COUSIN, Vrai, 1836, p. 400). Avez-vous remarqué quel dédoublement se produit chez les gens, au seuil de paroles qu'ils redoutent de prononcer? Ils (...) s'épandent en bavardages (ESTAUNIÉ, Appel route, 1921, p. 63).
3. DR., ÉCON. Niveau, point critique à partir duquel les phénomènes économiques risquent de créer des déséquilibres dans l'ensemble de l'économie (d'apr. CIDA 1973). Seuil de rendement (WELLHOFF Comm. 1977). Tout se passe comme si l'essor du mouvement ouvrier avait atteint une sorte de seuil de « rendement décroissant » qui expliquerait en partie le « plateau » de ses effectifs depuis quelques années (Traité sociol., 1967, p. 489).
Seuil de rentabilité. ,,Volume d'activité pour lequel la somme des marges brutes couvre exactement les frais de structure`` (Manag. 1971).
4. En compos., PSYCHOPÉDAG. Niveau-seuil. V. niveau II C 2 b.
C. — SC. Limite.
1. a) PHYS., ÉLECTR. Limite (inférieure ou, très rarement, supérieure) au-delà de laquelle un phénomène physique ne provoque plus de réaction. Seuil minimum, maximum; seuil relatif; seuil thermique, photoélectrique; effet de seuil; seuil de courant, d'énergie. La raie se termine là où l'éclairement de la plaque tombe au-dessous du seuil de sensibilité de la plaque (SCHATZMAN, Astrophys., 1963, p. 50).
Seuil électrique. ,,Le courant ou le voltage le plus faible nécessaire pour déclencher une réaction minimale perceptible`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Lorsqu'on élève progressivement l'intensité du courant, le seuil est atteint d'abord par le courant d'ouverture puis par le courant de fermeture (CAMEFORT, GAMA, Sc. nat., 1960, p. 189).
Seuil galvanique (Méd. Biol. t. 3 1972). Synon. de rhéobase (s.v. rhéo-).
Seuil d'un récepteur. ,,Dans un récepteur (en principe radioélectrique), limite au-dessous de laquelle il ne délivre aucun signal détectable dans le bruit`` (MULLER 1980).
b) PHYS. NUCL.
Seuil de réponse (aux impulsions). ,,Valeur minimale de l'amplitude d'une impulsion nécessaire pour qu'un circuit déterminé associé à un détecteur de rayonnement remplisse sa fonction en réponse à cette impulsion`` (Nucl. 1975).
Seuil nucléaire d'énergie. ,,Énergie cinétique minimale d'une particule incidente, pour laquelle une réaction nucléaire est possible`` (Nucl. 1975). Seuil d'énergie d'une particule.
Seuil de luminescence. ,,Longueur d'onde maximale, ou fréquence minimale, de la radiation capable de provoquer la luminescence d'une substance`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
En appos. Fréquence seuil. Lorsque la fréquence est supérieure à la fréquence seuil, les électrons expulsés par l'action de la lumière (photoélectrons) sortent de la matière avec une énergie cinétique d'autant plus grande que la fréquence dépasse davantage la fréquence seuil (L. DE BROGLIE, Théorie quanta, 1959, p. 95).
c) INFORMAT. ,,Niveau à ne pas dépasser`` (GING.-LAURET 1982).
Seuil d'impulsion. ,,Valeur minimum en dessous [sic] de laquelle l'impulsion perd sa signification et risque d'être confondue avec un parasite`` (GING.-LAURET 1982).
2. PHYSIOL., PSYCHOPHYS. Niveau d'intensité minimale d'un stimulus, capable de produire une sensation. Seuil sensoriel; seuil d'audibilité, d'excitabilité, d'excitation, d'intensité, de perception, de réponse, de stimulation. Une différence génétique dans le seuil de la sensibilité aux hormones aboutit à supprimer dans une espèce le dimorphisme sexuel (CUÉNOT, J. ROSTAND, Introd. génét., 1936, p. 41). Seuil d'acuité visuelle pour les stimulations lumineuses de la rétine, seuil d'acuité tactile pour les stimulations cutanées (PIÉRON, Sensation, 1945, p. 51).
Seuil absolu (d'une sensation). ,,Intensité minimale du stimulus suffisante pour produire une sensation`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Les recherches sur les seuils absolu et relatif de sensibilité (...) ont fait l'objet des études de nombreux chercheurs (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 206).
Seuil de sensation à la douleur. ,,Seuil à partir duquel un stimulus agissant sur les récepteurs sensibles à la douleur provoque une sensation douloureuse perceptible, la stimulation d'autres récepteurs et les facteurs subjectifs étant autant que possible éliminés`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
Seuil différentiel. ,,Intensité la plus basse à laquelle deux stimuli déterminent deux sensations distinctes`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Synon. minimum différentiel (ibid.). La question a paru pouvoir se poser du fait d'un abaissement du seuil différentiel dans des cas de double stimulation, portant sur des appareils récepteurs différents (PIÉRON, Sensation, 1945, p. 383).
Seuil d'audition minimal, seuil d'audition maximal. Champs entre lesquels s'étend le champ auditif normal où l'audition est relativement bonne (d'apr. THINÈS-LEMP. 1975). Le seuil maximum d'audition (ou seuil de la douleur) correspond à l'intensité maximale supportable par l'oreille (THINÈS-LEMP. 1975). Le seuil minimum d'audition correspond au minimum d'énergie sonore requise pour que l'oreille humaine perçoive le stimulus sonore (THINÈS-LEMP. 1975).
Seuil de sensation à la douleur. ,,Seuil à partir duquel un stimulus agissant sur les récepteurs sensibles à la douleur provoque une sensation douloureuse perceptible, la stimulation d'autres récepteurs et les facteurs subjectifs étant autant que possible éliminés`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
Seuil d'intelligibilité. ,,Intensité (exprimée en dB) à partir de laquelle, en audiométrie vocale, 50 % du message est correctement compris par un sujet`` (THINÈS-LEMP. 1975).
Seuil de vision, seuil visuel. ,,Valeur du stimulus que l'on convient de considérer comme la limite perceptible`` (MILL. Vision 1981).
Seuil lumineux. ,,Intensité lumineuse minima perceptible`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Seuil lumineux brut, seuil lumineux différentiel (Méd. Flamm. 1975).
3. BIOLOGIE
a) UROL. Seuil d'élimination (rénale), seuil rénal. ,,Concentration minimale d'une substance dans le sang à partir de laquelle elle passe dans l'urine`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Seuil rénal du sucre (Méd. 1966). Les substances avec seuil ne sont éliminées par le rein qu'à partir du moment où leur taux dans le sang atteint une certaine concentration (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 210). En 1896, Klemperer a introduit la notion d'un seuil d'excrétion, qui n'intervient que dans le cas rare et très particulier du diabète d'origine rénale (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p. 762).
b) Seuil écologique. ,,Température à laquelle commencent certains phénomènes biologiques`` (Lar. agric. 1981). Il arrive enfin que des graines de plantes supérieures germent dans un lieu situé très au-dessous du seuil de lumière autorisant la vie du végétal adulte (GÈZE, Spéléol. sc., 1965, p. 143).
4. PHARMACOL. Seuil d'activité d'une drogue. Seuil correspondant à la dose minimale active (d'apr. THINÈS-LEMP. 1975).
Prononc. et Orth.:[sœj]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 suil « pièce de bois ou dalle de pierre au bas de l'ouverture d'une porte » (Rois, éd. E. R. Curtius, I, V, 4, p. 12); 1176 suel (CHRÉTIEN DE TROYES, Cligès, éd. A. Micha, 2251); en partic. 1552 « endroit par où on pénètre » ici « entrée du port » le cap au seuil (RABELAIS, Quart Livre, éd. R. Marichal, ch. XXII, ligne 15); 2. déb. XIIIe s. soil « châssis d'une fenêtre » (RAOUL DE HOUDENC, Vengeance Raguidel, 2127 ds T.-L.), attest. isolée; a) 1392 suez « pièce formant la partie inférieure d'une ouverture et sur laquelle vient s'appliquer l'élément mobile » ici « pièce de bois au fond de l'eau sous la porte d'une écluse » (6 mai, Chirogr., A. Tournai ds GDF. Compl.); b) 1886 océanogr. (LOTI, Pêch. Isl., p. 252); c) 1906 géogr. (Pt Lar.); d) 1907 « levée de terre destinée à défiler le sol du champ de tir des coups de plein fouet » (Nouv. Lar. ill.); 3. 1630 [éd.] « limite marquant le passage à un état différent » sueil de la mort (D'AUBIGNÉ, Méditation sur les Psaumes ds Œuvres compl., éd. E. Réaume de Caussade, t. 2, p. 167); 4. a) 1865 psychol. seuil de la conscience (ds Année sc. et industr., 1866, p. 332); 1908 seuil différentiel (ch. LALO, Esthét. mus. sc., p. 64); b) 1904 physiol. seuil de l'excitation (Nouv. Lar. ill.); c) 1924 biol. seuil d'excrétion du sucre (LEGENDRE ds Nouv. Traité Méd. fasc. 7, p. 417). Du lat. d'époque impériale solea « sandale, garniture de sabot », et à basse époque « sorte de plancher » influencé pour le genre et le sens par solum, v. sol. Fréq. abs. littér.:3 852. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 3 543, b) 6 850; XXe s.: a) 6 898, b) 5 539. Bbg. Archit. 1972, p. 80.

seuil [sœj] n. m.
ÉTYM. V. 1352; suel, suil, sueil, XIIe-XIIIe; soil, XIIIe, refait sur des mots en -euil; lat. solca « sandale », « plancher » en bas lat.
1 (V. 1175, sueil). Dalle ou pièce qui forme la partie inférieure de la baie d'une porte (→ Chaumière, cit. 3; hospitalité, cit. 3; oublier, cit. 1). || Seuil surélevé, formant marche. || Seuil de pierre, de bois. || Racler (cit. 2) ses sabots sur le seuil.(Premier emploi). Entrée (d'une maison, d'une bâtisse); partie du sol qui entoure la porte d'entrée. Pas (de la porte). || Passer (cit. 90 et 93), franchir le seuil, pour entrer ou sortir (→ Motif, cit. 11; nimber, cit. 3). || Ils vivaient sur leur seuil (→ Protéger, cit. 8). || Dès le seuil (→ Genre, cit. 45) : en entrant, dès la porte d'entrée.
1 Vous, dès que cette reine, ivre d'un fol orgueil
De la porte du temple aura passé le seuil (…)
Racine, Athalie, V, 3.
2 Comme j'allais y frapper moi-même, je vis M. de Seipse pousser la porte, sans doute laissée entr'ouverte : il passa le seuil, et je le suivis.
André Suarès, Trois hommes, « Pascal », I.
3 En bas surtout, la porte est accueillante. Elle offre un seuil de pierre très usé, où ont frotté bien des semelles, qu'ont adouci des milliers de passages calmes.
H. Bosco, le Jardin d'Hyacinthe, p. 14.
Par anal. || Le seuil d'une forêt. Lisière, orée.
Par métaphore. Entrée. || Au seuil de la vie ( Début; aube, aurore), de la mort (→ Bourreau, cit. 2). || Sur le seuil de l'hiver (→ Faner, cit. 16). Commencement. || Au seuil de son discours. Entrée (en matière), liminaire.Impressions qui ne franchissent (cit. 12) pas le seuil de la conscience (→ ci-dessous, 3.). Subliminal.
4 L'impression d'une circulation aisée, et d'un très léger spasme viscéral, qu'un nerveux ne peut guère éviter quand il atteint le seuil de l'allégresse physique.
J. Romains, les Homme de bonne volonté, t. IV, XX, p. 215.
Par ext. Passage à un niveau supérieur (dans une évolution). || L'apparition de la vie, de la pensée… constituent des seuils (cf. Teilhard de Chardin, le Phénomène humain, p. 80, 189). Pas, passage.
2 (Fin XIVe). Techn. Pièce formant la partie inférieure d'une ouverture et sur laquelle vient s'appliquer l'élément mobile. || Seuil de pont-levis, d'écluse, de vanne, de cale sèche.
(1907; à cause de l'exhaussement de la plupart des seuils [1.]). Élévation, exhaussement d'un fond fluvial (haut-fond, gué), marin ou glaciaire (verrou). || Seuil rocheux (→ Fjord, cit. 2). || Le seuil de Naurouze.
3 (1865, seuil de la conscience, in Année sc. et industr. 1866, p. 332; trad. all. Schwelle, Herbart). Physiol., psychol. Niveau d'intensité minimale d'un stimulus, au-dessous duquel une excitation n'est plus perçue. Limite. || Au seuil. Liminaire. || Seuil absolu : minimum de stimulation entraînant une sensation. || Seuil différentiel : intensité la plus basse à laquelle deux stimuli déterminent deux sensations distinctes.Seuil d'audibilité. || Seuil de sensation douloureuse (de l'audition). || Seuil de luminance, de luminescence (absolu ou différentiel). || Seuil d'excitation; seuil des émotions (→ Excitabilité, cit. 2).Seuil sensoriel.
4 (XXe). a Phys. Limite (inférieure ou, très rarement, supérieure) au-delà de laquelle un phénomène physique ne provoque plus un effet donné. || Seuil photo-électrique. || Seuil de comptage. || Effet de seuil. || Seuil d'énergie : énergie minimale au-dessous de laquelle une particule incidente ne produit plus une réaction (endothermique, nucléaire) donnée. || Amélioration du seuil d'un récepteur radio : accroissement du rapport signal-bruit.
b Biol. || Seuil d'élimination : concentration au-dessus de laquelle une substance du sang passe dans l'urine. || Seuil d'activité d'une culture microbienne.
c Math. Niveau d'un facteur variable dont le franchissement détermine une brusque variation du phénomène lié à ce facteur. Saut.
5 Limite. || Le seuil critique du surpeuplement. Point (critique).Écon. || Seuil de rentabilité : point de la production à partir duquel est couvert l'ensemble des frais.
DÉR. Seuillage.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • seuil — seuil …   Dictionnaire des rimes

  • Seuil (DJ) — Seuil Seuil (* 1981 auf Réunion; bürgerlich Alexis Bénard) ist ein französischer DJ und Produzent elektronischer Tanzmusik, im speziellen, minimalistisch angelegter House Musik. Weitere Synonyme Seuils sind ‚Lazar‘ und ‚Agnes Lazar‘. Er ist… …   Deutsch Wikipedia

  • Seuil — (französisch für Schwelle) bezeichnet eine französische Gemeinde in der Region Champagne Ardenne, siehe Seuil (Ardennes) die französische Gemeinde Seuil d’Argonne in der Region Lothringen ein 1935 gegründetes französisches Verlagshaus, siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • seuil — SEUIL. s. m. Piece de bois ou de pierre qui est au bas de la porte, & qui la traverse. Il estoit sur le seüil de la porte, quand il eut passé le seüil de la porte …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Seuil — País …   Wikipedia Español

  • Seuil — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Noms communs 2 Toponymes 3 …   Wikipédia en Français

  • seuil — (seull, ll mouillées, et non seu ye) s. m. 1°   Pièce de bois ou de pierre qui est au bas de l ouverture d une porte et qui la traverse. •   Vous, dès que cette reine, ivre d un fol orgueil, De la porte du temple aura passé le seuil...., RAC. Ath …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SEUIL — n. m. Pièce de bois ou dalle de pierre qui est au bas de l’ouverture d’une porte et sur laquelle cette porte affleure. Il était sur le seuil de la porte. Quand il eut passé le seuil de la porte. Seuil d’écluse, Pièce de bois placée au fond de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • seuil — nm., pas, (d une porte) : PA (d la seuil peûrta / pourta) <pas (de la porte)> (Albanais.001, Annecy.003, Cordon.083, Saxel / Chambéry, Thônes.004), pâ d la pourta (Arvillard) ; cheul (Aussois), SWAI (001,003, Vaulx), swé (004b, Megève), swè …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SEUIL — s. m. Pièce de bois ou de pierre qui est au bas de l ouverture de la porte, et qui la traverse. Il était sur le seuil de la porte. Quand il eut passé le seuil de la porte …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”